Les transactions immobilières ressemblent très souvent à un véritable parcours du combattant. En effet, les démarches administratives sont nombreuses, encore plus que le nombre époustouflant de spécialistes qu’il faut consulter.

Que cela soit pour la vente ou la location d’un bien immobilier, il faut vous entourer d’agences ou d’établissements spécialisés. D’autre part, vous avez également la responsabilité de vous mettre au courant des principaux rouages des transactions immobilières ainsi que les différents textes et lois qui les régissent.

Pour ce faire, voici un petit guide pratique qui pourra vous donner une vue d’ensemble sur ce domaine.

Comment et pourquoi choisir une agence immobilière

Tout d’abord, il est bon de savoir qu’immobilier est un terme générique désignant toute activité ayant trait aux biens immobiliers.

Il englobe communément toutes les transactions s’opérant sur ses biens ainsi que les différentes activités connexes comme le logement, la construction ou le conseil. Lors de l’achat ou la vente d’un bien, il est important de s’entourer d’un bon agent immobilier car il sera votre représentant légal. (Cf : www.ingencia.com)

Il peut appartenir à une enseigne ou travailler en indépendant. Vous devez être en mesure de lui faire totalement confiance, au point de lui confier vos clés (pour les visites). Tout d’abord, son premier rôle est de vous aider à vendre votre propriété, il essayera donc de convaincre les éventuels visiteurs d’effectuer la transaction. Pour être sûr de ne pas vous tromper, choisissez quelqu’un qui a de l’expérience et qui saura donc comment conseiller les acheteurs. Il sera habitué aux rouages administratifs et pourra vous donner des astuces sur les décorations qui attirent les visiteurs. Enfin, voyez le nombre de ventes qu’il a déjà réussi à effectuer jusqu’ici. C’est un moyen simple de mesurer son efficacité. Puis, il faut savoir que les agents immobiliers appartiennent souvent à un réseau. Qu’il s’agisse d’un logement hericourt, programme neuf annecy,ou d’un expert immobilier côte d`azur, les enseignes prestigieuses sont très nombreuses ( http://www.chateauvieuxpatrimoine.com/). Ce sont tous des commerces qui proposent des services et des moyens pour la négociation et le conseil en matière de transactions sur les biens immobiliers. Avec ce genre de réseaux, votre marchandise aura plus de chances d’être vu dans un territoire plus large que si vous faites appel à un agent indépendant. (cf www.baudin-navoiseau-immo.com) (voir le site www.agence-provarim.com)

Quoiqu’il en soit, qu’il appartienne à une agence ou qu’il travaille un solo, il y a des moyens de débusquer un mauvais agent immobilier.

Comme tout agent doit proposer une offre supérieure à votre prix pour pouvoir faire des bénéfices, vous devez vous mettre d’accord sur le prix initial.

Ne vous laissez pas amadouer par un agent qui vous demandera de la revoir à la baisse sans aucune raison valable. Il y a aussi ceux qui acceptent instantanément sans prendre la peine de bien analyser le chiffre. Une fois que vous aurez trouvé la bonne personne, il est temps de choisir le mandat qui vous liera avec elle. Il y a d’abord le mandat exclusif, qui présente beaucoup de restrictions mais reste de loin le plus performant. Il consiste à signer avec un agent immobilier qui aura l’exclusivité de la vente pendant un délai déterminé.

Comme il est assuré de toucher la commission, l’agent fera son possible pour que la transaction soit la plus rapide et dans les conditions les plus favorables possibles. Le deuxième type de mandat est le mandat semi-exclusif, ou le non choix. Dans ce cas, vous donnez également l’exclusivité de la vente à une agence mais vous vous réservez également la possibilité de trouver un acheteur vous-même.

Vous payerez alors seulement 50% de commission au lieu de 100%. Enfin, le moins contraignant est le mandat simple. Vous confiez la vente à plusieurs agences tout en essayant de trouver vous-même un acheteur.

Cependant, essayez de limiter les agences contactées au nombre de trois seulement si vous optez pour ce mandat.

Les transactions immobilières à l’étranger

Si vous vivez en pays frontalier, mais que vous voulez faire l’acquisition d’un bien immobilier en France, le problème de différence de devises peut se poser. 

La solution réside dans le centre de formation professionnel de l`immobilier, qui est un moyen de convertir le montant emprunté à une banque en euros. Vous êtes par exemple du côté de la Suisse et vous voulez acheter une villas cap ferrat (Cf : barnes-frenchriviera.com) , vous pouvez donc contracter ce genre de prêt. Ses avantages résident dans la compétitivité des taux par rapport à la France, une assurance invalidité-décès réduite et la marge bancaire est beaucoup plus basse. Cela se fait une fois pour toutes au début du prêt et toutes les échéances du crédit seront payées dans la devise correspondant au salaire versé. Vous vous prémunissez de la sorte des fluctuations des taux de change entre l’euro et autres monnaies étrangères et en plus, vous profitez des conditions exceptionnelles de crédit accordées. (Consultez l-expertise.com)

En France, la durée maximale d’un prêt en devise est de 25 ans. Bien qu’aucun rapport ne soit exigé de la part de l’emprunteur, sa demande doit être accompagnée de garanties, matérielles ou non, pour assurer la solvabilité de celui-ci. Pour ce faire, on peut avoir recours aux hypothèques et aux sociétés de caution. Pour ce qui est de la délégation d’assurance et de la nécessité de souscription de produits complémentaires, cela dépend des banques elles-mêmes et des impots frontaliers (voir le site www.frontalierfinance.com) . Dans le cas où vous aurez le désir de devenir résident en France, vous pourrez bénéficier des aides à la propriété mises en place par le gouvernement : prêts à taux zéro plus, éco-PTZ

Etapes à suivre pour bien vendre sa maison

Pour mener à bien votre transaction, il ne suffit pas de trouver le bon agent immobilier ou la bonne agence. Certains détails sont vraiment importants, de ce fait, nous allons les catégoriser en cinq étapes. La première est de fixer le prix du bien immobilier.

Cela paraît évident au premier abord, mais il y a un bon nombre de paramètres à prendre en compte pour éviter de surévaluer. Pour ce faire, utilisez trois sources bien distinctes : trouvez sur le web le prix de biens similaires en cours de vente ou déjà vendus. Vous pouvez aussi demander l’avis de trois agents immobiliers différents. Enfin, compéter avec l’avis d’un expert (Visitez : www.lexpert.fr)  notaire par exemple). La deuxième étape consiste à faire les diagnostics techniques. La législation peut varier selon la situation géographique, et la date de construction du bien.

Mais en général, il faut voir l’accessibilité handicapé, le diagnostic immobilier obligatoire (Cf : www.activexpertise.fr) , la présence d’amiante, de plomb, …

Cela vous permettra entre autre d’afficher l’étiquette performance énergétique sur l’annonce immobilière, ce qui est maintenant obligatoire ( www.diagnostic-accessibilite-handicapes.fr). Troisièmement, appliquez-vous à mettre en valeur votre bien. Nettoyez, rangez, décorez la maison avec soin pour qu’on ait envie d’y vivre. Ces travaux esthétiques doivent être vus comme un investissement et non une dépense.

De plus, rédigez votre annonce sur un ton pas trop commercial, car c’est parfois mal vu car signe d’arnaque. Adoptez le juste style et n’hésitez pas à demander l’avis des experts. L’avant dernière étape est la visite de la maison. Pour économiser du temps et de l’énergie, distinguez les simples curieux de ceux qui sont vraiment intéressés. Ayez le tact de vous assurer que votre logement correspond bien à leurs critères avant de leur faire visiter. Enfin, la cinquième et dernière étape est la négociation et la signature du contrat de vente.